Iran, partie 2
30 mars 2020 1 Comment kayak Vertical'O

L’Iran tient toutes ses promesses. Nous reprenons la route. Les villes se font de plus en plus rares. Nous voyageons à l’arrière de pick up, sous nos kayaks. Arrivée à Ispahan, nous nous laissons charmer par son jardin, aux odeurs de rose et de jasmin, ses mosquées, son palais… Et nous retrouvons Amir et Mounir, une jeune slalomeuse que j’avais entraîné en 2016. Elle prend notre logistique en main. C’est ainsi que quelques jours plus tard, un bus vient nous récupérer devant chez elle pour nous amener au départ d’une nouvelle rivière. C’est parti pour six heures de route !

Banzaï sur la rivière Bazoft

Navigation sur la Bazoft, Iran
La Bazoft

La navigation débute dans l’après-midi, sous des trombes d’eau. Nous arrivons à un siphon intégral. La montagne s’est littéralement écroulée dans la rivière. Près de 4 m de roche se dressent devant nous. Au-dessus, nous apercevons des dépôts de sable, indices des niveaux que peuvent atteindre les crues. Mais pour l’heure, les pluies abondantes n’ont que très peu modifié le niveau d’eau, grâce à ce barrage rocheux. Toutefois, c’est bien en hauteur que nous nous installons pour bivouaquer. Le lendemain, par contre, les nombreux affluents augmentent considérablement le débit d’eau ( passant de 30 m³ à 100 m³ ).

Fin de voyage prématurée pour l’un d’entre nous

Rivière Bazoft

Cette journée va marquer notre voyage, et d’une manière définitive pour l’un d’entre nous. Le parcours offre quelques jolis seuils, et des passages en V. Malheureusement, dans un passage plein de siphons, Kdox se subluxe l’épaule. Pour lui, la navigation s’arrête ici. Véritablement au milieu de nulle part. Heureusement, nous avions repéré un village en amont, et une vague sente (mais alors, vraiment très, très vague…). Accompagné par quelques bergers, il va pouvoir, au bout de huit heures de marche, être pris en charge. Quand à Ska et moi, il nous est impossible d’extraire les kayaks dans ces conditions. Il n’y a qu’une issue, par la rivière. Nous poursuivons donc la navigation. Deux gorges en V, et plusieurs esquimautages plus tard, une pause est indispensable. Il nous reste encore 15 km dont 8 km de lac, avant d’atteindre la première route.

fin de la Bazoft
le lac, fin de la navigation

Nous n’en sortons que pour y retourner aussitôt, afin d’aller récupérer le matériel de Kdox, rapatrié en France. Pour ce faire, Ska reprend la navigation seul, et de mon côté, je pars à pied, pour le rejoindre et redescendre le kayak de Kdox. Deux jours de marche en solitude pour moi , une journée de navigation en solo pour lui… Les aléas du voyage !

Enjeux économiques et environnementaux

Iran, kayak
Khersan river

Après quelques autres rivières, nous terminons notre voyage en rejoignant Mounir et Amir. Gérants de Karoon Adventure, nous les accompagnons repérer un parcours de raft qui s’écoule en mer Caspienne. L’occasion d’échanger avec eux sur les activités de sports d’eaux vives, en plein développement en Iran. Malheureusement, la protection des rivières se heurte, ici aussi, à l’industrie hydroélectrique grandissante.

L’Iran, pays aux multiples facettes, au potentiel incroyable… et aux enjeux environnementaux et économiques décisifs !

Tags
À propos de l'auteur
Leave Comment
  1. 1

    Ska

    Une expérience magique, riche en culture, enseignement, partage, et dépassement de sois. Un plaisir d’avoir passer ce moi a vos côtés. Un pays splendide a mettre en priorité dans les endroits a découvrir.

    Répondre

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :