Iran
30 mars 2020 No Comments kayak Vertical'O

En 2016, à l’occasion d’un stage international organisé par l’ICF, j’avais eu la chance d’entraîner une partie de l’équipe iranienne de slalom. Une rencontre touchante, des moments d’échanges riches entre nos deux cultures. Et de mon côté, une curiosité grandissante à l’encontre de ce pays, sur lequel nous avons, ici, tellement d’idées préconçues. L’Iran, destination mythique, dont le nom seul fait émerger des odeurs d’épices, des images de route de la soie. Nos conversations de kayakistes revenaient souvent sur les rivières. Au point que je finis par me pencher sur les cartes. En suivant du regard les courbes de niveaux qui serpentaient, le pays prenait forme. Avec ses reliefs montagneux, et ses rivières, naissait dans ma tête l’idée d’aller y naviguer…

Dorud
Dorud

Printemps, 2018. Aéroport de Téhéran. En compagnie d’Arnaud Morgan (alias Kdox ) et de Cédric Pawlowski (Ska), nous foulons le sol iranien pour la première fois. Notre équipement ne passe pas inaperçu, et nous rejoignons la gare routière en taxi. Direction Dorud, une petite ville 300 km plus au sud. Nous ne voyageons pas légers, il est vrai, et les négociations s’entament pour charger nos bateaux sur le bus qui nous permettra d’atteindre notre première rivière.

Accueil en douceur sur la Cesar River

kayak sur la Cesar River, Iran
Cesar River

C’est la Cesar River, qui accueille nos premiers coups de pagaie en Iran. Le cadre est grandiose. Nous prenons tranquillement la mesure de la navigation, large et facile, avant de nous engager dans un affluent bien plus difficile quelques jours plus tard.

À 80 km de là, nous embarquons sur la ZZ River afin de rejoindre ce fameux affluent, qui consiste en un canyon inexploré, de plus de 200 m de hauteur. Les niveaux d’eau nous paraissent bons, nous décidons de nous y engager. Le repérage cartographique ne nous a pas induit en erreur. Kdox avait raison, la ZZ River va se révéler être une vraie pépite…

Un canyon inexploré

bivouac
bivouac

Le début de la navigation est soutenu avec plus de 15 km de classe IV/V. Nous parvenons à l’entrée du canyon, la gorge semble prête à nous avaler. Il n’y a plus de retour en arrière. Les rapides se suivent, le rythme est intense. Enfin, la soirée arrive, nous offrant un peu de répit, et de compagnie. Nous sommes rejoints par deux jeunes pêcheurs. La nuit à la belle étoile nous offre le repos nécessaire. En effet, nous aurons besoin de toutes nos forces pour la suite.

kayak sur la ZZ River, Iran
La ZZ River

Au petit matin, attirés par la fumée de notre feu, d’autres visiteurs viennent nous offrir le thé et les galettes. La deuxième journée s’avère plus rude encore. La gorge, de plus en plus haute et étroite, rend les repérages éprouvants. La rivière et ses siphons nécessitent une vigilance de tous les instants. Le portage n’est pas en reste, nos bateaux pèsent dans les 35 kg. Heureusement, les rencontres avec des bergers et leurs enfants gardant des chèvres, nous apportent du réconfort. Encore quelques siphons, un dernier verrou… Et c’est la sortie.

Tags
À propos de l'auteur

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :